La page arrachée

Je me réveille et je pense qu’aujourd’hui c’est le jour du déménagement. Ma famille et moi nous vivons en Suisse, mais bientôt nous allons vivre en Allemagne. Ma mère entre dans ma chambre toute vide elle me dit : « Elena tu peux te préparer, parce que nous allons partir dans 20 minutes. » Quand ma mère m’a dit ça j’ai commencé à me sentir très mal. Vingt minutes plus tard, je suis prête. Le départ est difficile parce que tous nos amis, nos grand-parents nous disent au revoir. Le plus difficile c’est de dire au revoir à ma meilleure amie, Celine. On se connait depuis toutes petites. Arrivés à l’ aéroport, ma mère est fébrile elle n’aime pas les aéroports. Dans l’avion, nous décollons direction Berlin. Une fois à Berlin, je suis en peu stressée parce que nous allons voir notre nouvelle maison. Quelques minutes plus tard, nous sommes devant la maison. Elle est immense, je ne l’aurais pas pensé.

Anna

Anniversaire à plusieurs

Avoir son anniversaire à deux,
Ne pas pouvoir inviter toutes les personnes qu’on veut….
Nous avons pourtant la chance d’être deux,
Il faudra bientôt manger notre gâteaux.
Vivre, jouer, s’amuser, rigoler,
Et être ensemble pour souffler les bougies.
Rêver d’une fête pour moi tout seule!
Souvent, nous faisons des choses à deux.
Avoir les gens que pour soi.
Inviter moins de personnes.
Recevoir moins de cadeaux et moins d’attention…
Etonnement, pour finir, c’est bien d’avoir un jumeaux.

Pour nos jumeaux, jumelles (Chiara et Sebastian).

Anna et Emma

Ce livre

Ce livre, je l’ouvre tous les jours et il me déprime quand j’écris dedans.

Ce livre, change de couleurs chaque deux ans.

Ce livre, a souffert en m’endentant chanter, m’énerver, ces notes le font souffrir.

Ce livre, a mal quand il est dans mon sac.

Ce livre, finira dans la poubelle à la fin de ma scolarité.

Ce livre c’est mon agenda.

Anna et Méline

Parking

Nous arrivons au parking de l’Arena pour le concert que nous attendons depuis deux mois. Ma voiture est toute petite et cabossée vu que je ne sais pas bien conduire.

Quand tout à coup, j’entends les sorties du parking se fermer toutes en même temps et à l’entrée un grillage descend. Quand tout à coup une main se pose gentiment sur mon épaule, je me retourne et en fait c’était Virginie qui flippait. Comme si ça ne suffisait pas, un homme vêtu de noir avec les cheveux sombres, les yeux fusillants et les mains pleines de sang, se rapprochait de nous alors que toute les portes étaient fermées. Nous nous sommes cachées derrière une voiture, Anna s’est retournée et a vu une ombre, c’était l’homme que nous avions vu 10 secondes auparavant. Mais cette fois avec une hache dans la main…

Méline, Anna et Virginie