Cette étoile

Tu regardes jour et nuit une étoile filante. Cette étoile qui te donne goût à la vie. Cette étoile qui te fait espérer, qui te fait rêver. Cette poudre d’étincelles que tu regardes tous les soirs et qui te fait sourire. Cette étoile filante qui te fait fermer les yeux, dans la nuit, sans bruit. Cette étoile qui te donne des rêves pendant ton sommeil. Cette étoile qui t’apaise, et que tu ne pourras pas oublier.

Aude

Si seulement

Si seulement aujourd’hui était un jour normal. Si seulement Adalyn n’avait pas reçu ce message. Ce message, d’un numéro inconnu qui s’était affiché sur son téléphone.

« Bonjour, Adalyn. Je te vois. Je sais qui tu es. Si tu ne me crois pas, regarde ton volet… »

Si seulement la jeune fille n’avait pas trouvé un couteau planté sur son vieux volet en bois. Un couteau tranchant, la lame dégoulinante d’un liquide rouge visqueux. La nuit était venue. Et si seulement Adalyn n’avait pas vu la main se plaquer contre sa fenêtre. Si seulement elle n’avait pas senti une ombre s’approcher d’elle et la saisir. Si seulement la jeune fille n’avait pas senti cette main sur sa gorge qui serrait, serrait, jusqu’à ce qu’Adalyn tombe dans les ténèbres. Si seulement ça n’était jamais arrivé.

Aude

A jamais

L’homme regardait les gouttes de pluie s’écouler lentement de sa fenêtre, telles des larmes. Il observait de ses yeux embrumés l’eau chuter et s’écraser sur le goudron noir. Et il pensait à elle. Sa fille. Sa fille que le monde lui avait arraché bien trop tôt. Alors qu’elle avait à peine huit ans, elle s’était envolée dans le monde des esprits. à tout jamais. Dans les bras de l’homme se tenait un portrait d’elle souriante, inconsciente de la visite de la Mort qui allait venir trop vite. Des larmes glacées coulaient à présent de ses yeux qui reflétaient son chagrin infini que rien ne pourrait jamais combler.

Aude

Le Son

Ce bruit. Ce son qui arrêta tout. D’abord cet hurlement strident de l’alarme. La plainte qui déchirait le doux silence de la nuit. Ma mère qui entrait dans ma chambre en me criant des mots incompréhensibles. Ma famille qui courait en tout sens pour comprendre quelque chose alors que l’alarme nous vrillait les oreilles. Puis, ce bruit. Un long vrombissement, sourd et grave, qui devenait de plus en plus fort à mesure que l’avion se rapprochait. Et ensuite, ce sifflement. Ce sifflement strident qui indiquait clairement ce qui allait suivre. Une explosion. Le toit qui s’écroulait en un grand fracas. Des taches qui dansaient devant mes yeux abîmés. Puis à nouveau. Ce son qui paralyse. à nouveau, ce sifflement, de plus en plus fort, puis, plus rien.

Aude