Black story 3

Un jeune homme qui s’appelait Daniel entra dans un bar. Il commanda un verre d’eau au barman, Arthur. Il portait un polo blanc avec un pantalon de velours beige et un tablier couleur brun sale. Soudain, le barman sortit un pistolet et tira juste à côté de l’oreille de Daniel. Ce dernier le remercia et s’en alla.

Comment cela est-ce possible ?

Anna et Marie

Black story 2

Aujourd’hui, il fait beau et qui dit beau temps, dit balade en forêt !

C’était la devise du promeneur, Pierre. Il prépara donc ses affaires pour faire une petite marche. Pierre partit à midi moins vingt et s’arrêta pour casser la croûte à treize heures. Il repartit. Le promeneur marcha dix bons kilomètres quand soudain, il aperçut un jeune homme, allongé par terre. Il ne bougeait plus. Pierre se précipita vers lui mais se rendit rapidement compte que le garçon était mort. Mais ce qui le choquait le plus, c’était le fait que le jeune homme était en combinaison de plongée, en plein milieu de la forêt.

Comment cela est-ce possible ?

Anna et Marie

Dans la peau d’une femme

Je m’appelle Nayanha et j’ai 10 ans. Je vais vous raconter l’histoire de ma mère. C’était il y a 5 ans. Mon père n’était pas souvent à la maison à cause de son travail. C’était ma mère qui s’occupait de moi. Je n’allais pas souvent à l’école parce que ma mère disait que j’avais de la fièvre. J’étais sûre qu’elle me cachait quelque chose parce que je me sentais toujours bien. Une nuit j’ai entendu des cris. Ça venait de la chambre de mes parents. Je suis donc allé dans leur chambre pour voir ce qui se passait et j’étais horrifiée par ce que je voyais. Mon père était en train de taper ma mère. Mais aucun des deux ne m’a remarqué. Je n’ai pas réussi à dormir cette nuit-là. Le lendemain, j’ai vu ma mère avec plein des bleus et des traces sur tout le corps. Arrivée à l’école, je me suis jetée dans les bras de ma maîtresse et lui ai raconté tout ce qui s’était passé. Elle m’a rassurée et m’a emmenée voir la psychologue scolaire. Pendant ce temps, ma professeure de classe est allée au commissariat de police pour dénoncer mon père. Le soir même, il a été mis en prison.

Anna et Marie

Black story

Un père, Michel et son fils, Jean, étaient en voiture sur l’autoroute. Ils allaient très vite et Jean était aux anges. C’était le déluge dehors. Soudain, un arbre, arraché par la tempête, vint s’abattre sur la route. Malheureusement, Michel ne sut pas l’éviter et ils foncèrent dessus. Le père mourut sur le coup mais pas le fils. Il était grièvement blessé et fut transporté d’urgence à l’hôpital pour se faire opérer. Arrivé dans la salle d’opération, Jean fut endormi. Un des chirurgiens mit ses mains devant sa bouche, enleva son masque et dit:
« Je ne peux pas l’opérer, c’est mon fils ! »

Comment cela est-ce possible ?

Marie et Anna

Moïsa

Tout d’abord, je m’appelle Moïsa et j’ai quinze ans. Pourquoi Moïsa ?
Parce que je suis orpheline. Je ne sais pas si vous connaissez l’histoire de Moïse dans la bible. Le prénom Moïse veut dire: « sauvé des eaux » et comme je suis une fille, on m’a appelé Moïsa. Bon, je n’ai pas été sauvée des eaux, mais presque. Je ne connais pas mes parents, je sais juste qu’ils m’ont déposée devant l’entrée d’un orphelinat. Il pleuvait fort, ce jour-là. Je le sais car les dames de l’orphelinat me l’ont racontée.
J’aime beaucoup les gens qui m’ont adoptée, je les considère comme ma vraie famille mais ça m’arrive de me sentir différente, d’avoir l’impression de naviguer, seule, au milieu d’un océan sans fin. J’aimerais tellement savoir pourquoi mes parents ne voulaient pas de moi, pourquoi ils m’ont abandonnée. Je suis partagée entre le fait que je voudrais plus que tout les revoir et que je les déteste de tout mon être.

Marie

La page arrachée

Ophélie sortit de chez elle prendre l’air. Ce n’était pas possible. Il n’avait pas le droit de lui faire ça. « Ah, comme la vie est belle…non ? »
Il avait dit ça pas plus tard que la semaine dernière alors qu’ils étaient en train de discuter et pourtant…
Aujourd’hui, cinq heures du matin, coup de téléphone et pleurs. Il s’était suicidé. Ophélie ne pouvait pas y croire. Non. Ce que la police avait déduit était faux. Tout était faux. Elle s’assit sur un banc. Il était froid. Comme elle. Comme son pauvre coeur glacé, meurtri, déchiré. Elle l’aimait en secret mais n’avait jamais osé le lui dire. Elle se leva, ayant assez réfléchi et marcha en direction de son appartement. Dans le parc, les feuilles tombaient comme un tourbillon de feu. Elles enflammèrent son coeur, lui redonnant de l’espoir. La jeune fille inspira. Elle avait pris sa décision.

Marie

L’oubli – 2

Je n’ai pas tout oublié.
C’était un homme fort et habile de ses mains mais atteint par une maladie incurable.
Le diabète le rongeait jour après jour.
Comme si ça ne suffisait pas, il a eu sa première crise d’épilepsie. Ça ne l’a pas empêché de transformer la ferme qu’il habitait en une véritable maison. Il a aussi beaucoup aidé dans le quartier. Mais la maladie ne le lâchait pas et on a dû l’emmener à l’hôpital. Les médecins, croyant bien faire, lui ont donné un médicament trop puissant. Son corps, trop fatigué, n’a pas tenu le coup. Il est parti loin, très loin, pour ne plus jamais revenir. À sa mort, une rue a reçu son nom.
Cet homme, c’était mon grand-père.

Marie

Un taxi

Le taxi que je voyais tous les soirs depuis ma fenêtre, tournait en rond à pleine vitesse.
Ce taxi qui m’intriguait.
Ce regard pointé vers moi.
Un soir, pourtant, tout ne se passa pas comme d’habitude…
Je le vis se parquer devant chez moi,
J’entendis la porte de ma maison claquer.
Des pas résonnèrent dans mon escalier, se rapprochant de plus en plus…
La porte de ma chambre s’ouvrit dans un grincement terrifiant.
Puis, avec horreur, je vis l’ombre d’un homme avec un couteau…

Emma et Marie