El sombrero de la muerte

C’était un enfant, perdu, dévoré par la vengeance, par la peur et par la rage. Depuis l’incident de l’assassinat de sa famille qui s’était déroulé devant ses yeux, il n’avait personne avec qui rester. Il grandit à côté du plus grand cartel du Mexique, Juàrez.
Pour se faire partie de ce cartel, il devait tuer une victime puis boire son sang et enlever ses intestins. Il réussissait sans problème: la soif de vengeance coulait dans ses veines. Il monta les échelons petit à petit. Cela fit 8ans qu’il était dans cet cartel.
A 16 ans il était tueur à gage. Il tuait ses victimes sans pitié. Il recevait de l’argent pour chaque assasinat, obligé de faire 14 à 16 victimes par semaine, au nom du Cartel. Il était respecté par son gang. Le chef du cartel se fit tuer par le gang rival de la familia. L’adolescent devint chef du clan. Il envoya de la drogue partout dans le Mexique et dans l’Amérique du sud. Toutes les patrouilles de police le recherchaient mais nombreuses d’entre elles furent tuées d’une balle dans la tête.
Arriva un jour où son tour vint venu.

Maxim et Ardian

Comparable

La vie c’est comme une moto: ça s’arrête au bout d’un moment.
L’essence c’est comme une gourde d’eau: au bout du fil, il n’y en a plus.
L’eau c’est comme une trousse: elle peut déborder comme se vider.
Le foot c’est comme un spectacle: on en prend à chaque fois plein les yeux.
L’école c’est comme des montagnes russes: on peut avoir des hauts comme des bas.
Les fruits c’est comme une trahison : c’est dur à avaler.
L’échec c’est comme un mur: c’est difficile de voir à travers.
La confiance c’est comme une finale: ça se gagne et ça se mérite.
L’apparence c’est comme une note: on veut la meilleure possible.
Les copains c’est comme dans un super-marché: on peut choisir ce qu’on préfère.
Les réseaux c’est comme une mafia: ça peut être utile mais très dangereux.

Maxim et Ardian

Le Gremlins

Il arrive, il est dans la cuisine, il passe de pièce en pièce. Ce monstre s’arrête devant les escaliers. Il monte à l’étage, plus que quelques mètres et il est dans ma chambre. Je n’en peux plus, j’ai trop peur, je crois que mon coeur va lâcher. Il ouvre la porte, cette silhouette de plus de deux mètres me fixe avec son regard sanguinaire. Il s’approche et…
Ah non c’est papa!

Maxim et Basile

La page arrachée

Plus d’une semaine que le virus n°3 u407 avait ravagé la ville. Plusieurs cadavres étaient allongés par terre. Quelques mètres plus loin, un couple se tenant la main était complètement carbonisé. Je m’approchai du mari. Il tenait un petit bout de journal, je le pris. Il était écrit « nouvelle épicerie à 300 mètres venez nombreux » . C’était les seuls mots qu’on pouvait lire. Je me rendis à l’épicerie qui avait été pillée, brûlée avec des impacts de balles et des taches de sang. Je sortis immédiatement tellement c’était une vraie horreur à l’intérieur. J’aperçus des silhouettes au loin. C’était des jeunes gens qui devaient avoir mon âge, je me cachai quelques minutes plus tard ils étaient là, deux jeunes avec des pistolets est des explosifs. Ils me virent. L’un deux décrocha son explosif et le lança…
Je me réveillai dans mon lit, étalé avec des gouttes de sueur. C’était un rêve.

Maxim

Jean-Gertrude

Un petit bonhomme, tout mignon, chaque soir, se munissait de son couteau pour sortir de sa maison et aller sonner aux portes pour essayer de commettre d’atroces meurtres. Mais il ne trouvait jamais aucune victime. Jusqu’au jour où il croisa un petit chat tout mignon. Il le prit, le ramena chez lui et…
Ils finirent leur vie heureux.

Maxim

Le grimelins

Il arrive, il est dans la cuisine, il passe de pièce en pièce. Ce monstre s’arrête devant les escaliers. Il monte à l’étage, plus que quelques mètres et il est dans ma chambre. Je n’en peux plus, j’ai trop peur, je crois que mon coeur va lâcher. Il ouvre la porte, cette silhouette de plus de deux mètres me fixe avec son regard sanguinaire. Il s’approche et…
Ah non c’est papa!

Maxim et Basile