Laïka

Laïka c’est mon chien, enfin c’était mon chien. Elle est morte il y a dix jours. Seulement dix jours, mais j’ai l’impression que ça fait dix ans. Elle me manque horriblement. C’était ma meilleure amie, ma confidente. On était toujours ensemble depuis treize ans. Maintenant qu’elle n’est plus là, il y a un grand vide dans ma vie.

Un soir, lorsque j’étais en train de lire dans mon lit, j’ai senti une présence et eu l’impression de voir Laïka. Mais il n y avait plus rien. J’avais dû rêver. La même chose s’est reproduit plusieurs fois. Par exemple je l’ai entendue aboyer ou encore sentie me lécher les doigts. Et c’est la que j’ai compris que Laïka ne m’abandonnerait jamais, qu’on resterait toujours ensemble quoi qu’il arrive.

Méline et Mathilde

Ce livre

Ce livre, je l’ouvre tous les jours et il me déprime quand j’écris dedans.

Ce livre, change de couleurs chaque deux ans.

Ce livre, a souffert en m’endentant chanter, m’énerver, ces notes le font souffrir.

Ce livre, a mal quand il est dans mon sac.

Ce livre, finira dans la poubelle à la fin de ma scolarité.

Ce livre c’est mon agenda.

Anna et Méline

Parking

Nous arrivons au parking de l’Arena pour le concert que nous attendons depuis deux mois. Ma voiture est toute petite et cabossée vu que je ne sais pas bien conduire.

Quand tout à coup, j’entends les sorties du parking se fermer toutes en même temps et à l’entrée un grillage descend. Quand tout à coup une main se pose gentiment sur mon épaule, je me retourne et en fait c’était Virginie qui flippait. Comme si ça ne suffisait pas, un homme vêtu de noir avec les cheveux sombres, les yeux fusillants et les mains pleines de sang, se rapprochait de nous alors que toute les portes étaient fermées. Nous nous sommes cachées derrière une voiture, Anna s’est retournée et a vu une ombre, c’était l’homme que nous avions vu 10 secondes auparavant. Mais cette fois avec une hache dans la main…

Méline, Anna et Virginie