Dans la peau d’une femme – Violence domestique

Pourquoi tu m’as fait ça ?!
Mais je t’ai rien fait !!!
Tu veux de nouveau que je te frappe !?
Non, s’il te plait. Ne me frappe pas. Aïe. Non pitié!
De toute façon, tu es inutile si je t’ai épousée c’est par pitié pour ton père. T’es c*nne!!

Deux semaines plus tard, à l’église.

– Maria nous a quittés dans de tragiques circonstances, nous lui souhaitons la paix éternelle au paradis.

En 2017, dans le canton de Vaud les cas de violence domestique sont près de 45% des infractions avec de la violence. Sur tous les cas de violence domestiques, 74 % des personnes touchées sont des femmes et une sur deux meurt de ces violences graves. Pourquoi ? Parce que les femmes aiment leur mari et que certains hommes se croient au dessus de leur femme. Pourquoi ne quittent-elles pas leur bourreau ? Parce qu’elles ont peur, qu’elles sont obligées de rester avec leur mari et qu’elles ne savent pas où aller.

Sources: Bureau de l’égalité

Erjon, Basile et Pascal

Une carte du jeu Les Colons de Catane.

J’ai 10 ans, je suis avec ma famille dans une maison de vacances au Sud de la France et nous commençons à jouer aux Colons de Catane. Le jeu prend du temps à démarrer et chacun reçoit des cartes. Un par un, chaque membre de ma famille lance les deux dés. Après plusieurs tours, je commence a être proche de la victoire. Il me faut encore un tour pour gagner et c’est à ma soeur de lancer les dés, elle fait sept et elle a le droit de prendre une carte à une personne de son choix. Ma soeur veut, comme par hasard, me voler une carte. Elle est en train de tirer la carte qui me ferai gagner. Moi qui ne veux pas qu’elle me prenne cette carte, je m’enfuis en courant dans tout le jardin avec cette carte qui me fera gagner. Je cours et ma soeur me rattrape. Elle me griffe et me crie dessus. Elle arrive à me prendre la carte. Je reviens à table. S je n’ai pas gagné au jeu, j’ai gagné le fait d’être puni et de devoir faire la vaisselle tous les jours. Et maintenant, à chaque fois que je vois cette carte, je me souviens de cette histoire.

Pascal

Visite au musée d’ethnographie

Le jeudi 13 décembre 2018 je suis allé avec ma classe à Genève pour aller voir l’exposition sur l’Ethnographie. L’Ethnographie veut dire étude des populations anciennes et modernes en Grec.
Nous avons pris le train le matin pour aller jusqu’à Genève. Le but de cette visite était de nous apprendre comment était vécue la mort dans les cultures différentes. Nous avons eu un guide pour nous expliquer comment était vécue la mort. Il nous a expliqué ce que c’est qu’une tsantsa. Une tantsa est une tête coupée d’un combattant Jivaro. Après nous avons eu du temps pour regarder un peu tout seuls .

Pascal

La page arrachée

Je me levai tranquillement de bon pied. Je descendis pour aller déjeuner. Je me préparai pour aller comme tous les jours à l’école. Mais je sentai que ce jour allait être spécial, j’étais en retard pour l’école donc je ne fis pas plus attention. À la fin de la journée rien de spécial n’était arrivé.
Je rentrais tranquillement quand je vis une feuille déchirée de cahier se faire porter par le vent de l’automne.
Je décidai de l’attraper.
Et je commençai ma lecture:
« Que la, ou les personnes qui lisent ses phrases viennent m’aider. Ce message est un message d’urgence. Mes élèves me maltraitent en écrivant des textes d’horreurs qui parlent de meubles hantés, de suicide ou de décapitation. Venez m’aider pour stopper cette vague d’élèves qui écrivent des textes d’horreur qui me font faire des cauchemars effroyables…
Venez à l’école du Ch. du Mottier,1052 Le Mont-sur-Lausanne.
Mme Grivet. »

Pascal

la Pendaison

Il y a des personnes qui sont joyeuses dans la vie tous les jours. Elles rigolent, elles vont bien, elles sont en pleine formes, elles ont un travail et elles sont fières de leur vie.
Mais il y a des gens qui sont plongés dans le mensonges .
Ils n’ont pas de vrais amis. Ils se demandent si ils sont importants ou pas dans la vie d’autres gens.
Ils n’ont pas assez d’argents pour se payer de vrais vêtements. Ils sont enfermés dans leur appartement. Ils viennent dans les déchets, ils ne sortent que pour acheter de la drogue. Leur seul soutien .
Ils voient un grand fossé qui se creuse entre eux et la vie sociale. Ils passent leur vie dans un trois pièces en train de regarder leur téléphone.
Ils reçoivent un message de leurs parents le message qui dit
« Nous sommes désoles de t’annoncer que ton grand-père est mort. »
Toutes les choses s’accélèrent, ils se souviennent qu’ils ont une corde et un tabouret. Ils se disent qu’ils ne servent à rien et que le monde irait mieux sans eux et le moment fatal arrive: la pendaison .

Pascal

Les Oiseaux

Moi j’aime les oiseaux.
Ils sont beaux.
Ils ont une telle force .
Les ailes reliées au torse.

Ils ont de telles plumes.
De la couleur du bitume.
Ils peuvent être multicolores.
Ils ont un bec couleur or.

Ils sont bien partout.
Sur le grille ou dans un cassoulet.
Moi j’aime surtout les poulets.
Et les oiseaux ils vont où?

Sur leurs îles les Canaris.
Bon appétit!

Pascal