La journée de l’extravagance

Ce matin, c’est la journée de l’extravagance.
La plupart des personnes sont déguisés en licorne ou en Kigurumi, mais certaines personnes, au contraire ont opté pour un déguisement plus travaillé.
Il y en a qui se sont habillés comme leurs personnages de films préférés
La seule chose que je n’aime pas.. c’est qu’il faut quand même travailler…

Chiara

Le fantôme de Charlie Chaplin

Quand j’avais 10 ans, j’habitais une grande maison et comme tout le monde j’aimais beaucoup jouer à la console, mais je croyais déjà énormément aux fantômes. Dans cette maison, il y avait un studio au sous-sol et c’est là qu’il y avait ma plateforme de jeux. Tous les jours à peu de chose près, je descendais jouer, sauf qu’à mon âge j’avais quand même peur d’y aller car on devait passer par le garage pour accéder à la pièce. Pour vous donner une idée de comment était le studio, il y avait un tout petit couloir vide et au fond la télé sur laquelle je jouais. Un jour, je passe par le couloir et je vois du coin de l’oeil une forme humaine ressemblant énormément à Charlie Chaplin. Quand je me retourne pour voir ce que c’était, je vois une pile de chaise. Le lendemain, je dis à un ami ce qu’il s’était passé et il m’a raconté que lui aussi a vécu la même chose. Nous avons passé toute la journée à parler de ça en vain.

(histoire vraie)

Erjon

Obligée de le voir

En ce moment précis je suis devant toi, en train de te regarder, assise sur ma chaise, en train de me demander comment je suis arrivée là, j’essaye de me dire que tu n’es pas devant moi, que tu es juste un fruit de mon imagination mais tu es bien réel.
Oh! Tu m’écoutes? Depuis toute à l’heure je te parle, dit-il »
Oui oui, je t’écoute., dis-je »
« Alors je disais qu’il faut que tu viennes plus souvent me voir… »
Quand il commence à parler je retourne dans mon monde, certes ça fait un bail que je ne l’ai pas vu mais son absence ne remplace pas toute la haine que j’ai en moi.
« Bon, ma fille sache que je t’aime de tout mon coeur, dit mon père »
« Oui oui moi aussi je t’aime papa. »
Et puis ma mère vient me chercher, je me lève et je dis au revoir à mon père et avec ma mère nous partons. Chaque fois c’est comme ça, je suis toujours obligée de venir passer des semaines chez lui, ces semaines me paraissent longues.
« Maman, je ne veux plus retourner chez papa. »
« Mais ma fille, tu es obligée de le voir, c’est ton père malgré tout. »
Obligée, obligée, obligée, je suis toujours obligée, je suis obligée de faire ci, de faire ça, obligée de voir quelqu’un qui n’était pas présent dans mon enfance.
Certes depuis petite, je voulais le voir mais maintenant je ne le veux plus, j’ai compris que ce n’était pas une bonne idée. Mais que voulez-vous? Je n’ai pas mon mot à dire, j’y vais juste pour faire plaisir à ma mère.
J’arrive chez moi, j’enlève mes habits et je mets mon pyjama, puis je vais dormir. Demain c’est un autre jour.

Yoná

Lettre

21 février 2019

Chère Mère,

Je suis tellement heureuse de t’avoir comme mère. Pour moi tu es une mère qui m’apporte énormément d’amour, de protection. Il est impossible que je t’abandonne, toute seule, car pour tout l’amour que tu me donnes, il est normal que je sois toujours là pour toi.
Que tu aies des problèmes de santé ou d’argent, je suis toujours derrière toi pour t’aider.
Je souhaite t’emmener dans un endroit chaud, sur une île tropicale coupée du monde. Entendre le chant des oiseaux, être avec la nature et les animaux.
Bref, je désire que tu sois en très bonne santé et que tu sois le plus longtemps possible avec moi.

Naomy

Lettre

Chère Jessica,

Tu es une fille en or, une fille que j’ai jugée trop vite. ça ne fait pas très longtemps que j’ai vraiment découvert qui tu es au fond. Tu es une fille qui a de la joie de vivre et qui n’est pas du tout timide. Maintenant qu’on s’est vraiment rapprochées, je sais comme tu es au fond de toi. Je sais ce que tu fais de tes journées, en fait je sais tout sur toi! On a plein de délires qui peuvent durer cinq minutes comme un mois. En tout cas, maintenant, je sais que je ne veux pas te perdre et que je veux que notre amitié dure. J’adore t’énerver, c’est comme quand on énerve le diable. Mais j’adore aussi aller à la Coop avec toi pour voir « citron »… Moi qui normalement ne sais jamais rien, là je sais que tu es vraiment une fille en or et que je ne veux pas te perdre. Ce qui me choque, c’est qu’avant on n’était pas très proches et, maintenant, on passe presque toutes nos journées ensemble. Le 08.01.19, moi je dis que c’est la meilleure date de l’année. Bref, en gros, je t’aime ma grande soeur, ma pêche, ma femme, ma Queen, ma one …..

Léane

Amicizia persa

Se mi addomestichi avremmo bisogno l’una dell’altra,
Tu sarai per me unica al mondo,
E io sarò per te unica al mondo.
Ed è triste salutarsi con un « ciao » dopo anni di risate.
Dopo anni di pianti, litigate, scherzi, abbracci, bugie, sorrisi.
Dopo anni di amicizia, solo « ciao »?
L’unico modo per avere un amico è essere un amico.
In ogni vita ci sono amicizie che non possiamo tradire.
Diventa fredda, insensibile, apatica.
Puoi dirle qualsiasi cosa, ormai non gliene importa più…
Chi è amico di tutti non è amico di nessuno.
Non importa tu mi abbia lasciata, so cosa valgo, e non sei alla mia altezza.
Ora lasciami stare.

Maria e Leana

Pourquoi les gens sont tristes?

C’est simple, tout le monde est convaincu que, dans cette vie il faut de suivre un plan. Personne ne se demande si ce plan est le sien ou s’il a été inventé par quelqu’un d’autre.
Tous accumulent des expériences, des souvenirs, des objets, des idées qui ne sont pas les leurs, et c’est plus qu’ils ne peuvent porter. Et c’est ainsi qu’ils oublient leurs rêves et se rappellent de leurs mauvais rêves.

Yona

Toi

Toi à qui j’ai parlé en premier.
Toi qui a été la première à être venue vers moi.
Toi que j’ai aimée la première.
Toi qui a été la première avec qui je me suis embrouillée.
Toi que j’ai choisie.
Toi qui est toujours la pour moi.
Toi qui est ma grande soeur ma meilleure.
Toi que j’aime tellement.
Toi que je veux pas perdre.
Je serais toujours là pour toi.
A la vie à la mort.

Léane

Quand je…

Quand je suis triste, je ne le montre pas…

Quand je dors, je ne le sais pas…

Quand je suis contente, j’ai peur de redevenir triste…

Quand je pleure, je n’arrive pas à respirer…

Quand je suis insultée, je ne me défends pas…

Quand je suis à l’école, je regarde la montre…

Quand il n’est pas là, je trouve que c’est normal…

Alors que ça ne l’est pas…

Salma